Ophtalmologie - ART 21 - Association Romande Trisomie 21

Début du contenu

Publié le 20 septembre 2011

Ophtalmologie

Descriptif

Par rapport à la population normale, les enfants atteints de trisomie 21 présentent une plus grande fréquence de problèmes ophtalmologiques et ce à différents niveaux de l’appareil visuel.

Les problèmes les plus fréquents sont liés à un trouble de la réfraction. Selon les séries 70 – 75% des personnes atteintes de trisomie 21 présentent un trouble de la réfraction oculaire se répartissant presque en proportion égale entre myopie, hypermétropie et astigmatisme.

Il a été également décrit l’existence d’opacité cornéenne qui peut interférer avec la vison, il n’y a cependant pas une plus grande prévalence de cataracte congénitale.

Parfois secondaire à un trouble de la réfraction oculaire, le strabisme apparaît comme une pathologie fréquente puisque 15 à 20 fois plus fréquent que dans la population normale : ±35% contre 1 – 2%. Présent le plus souvent très tôt, avant l’âge de 6 mois, il doit faire l’objet d’un diagnostic précoce.

Les enfants atteints de trisomie 21 apparaissent également plus sujets à des pathologies aiguës infectieuses comme la conjonctivite ou les blépharites. Même si le traitement est le même que dans la population normale, elle n’en est pas moins présente sous une forme chronique chez 30 à 40% des cas.

Articles et interviews

L’avis de l’ophtalmologue

2005 – Dr. J.Durig, ophtalmologue, hôpital de l’enfance, Lausanne

Il est important de consulter un ophtalmologue lorsque un enfant présente une trisomie 21 ; en effet, le diagnostic et le traitement précoce des problèmes oculaires sont indispensables pour l’obtention d’une vision optimale en tant qu’adulte.

L’enfant trisomique 21 peut présenter une série de  problèmes visuels qui passent souvent inaperçus. Cela est d’autant plus  regrettable que leur traitement amène généralement une amélioration  notable de la vision et de la qualité de vie.

Les problèmes réfractifs :  la myopie, l’hypermétropie ainsi que l’astigmatisme se rencontrent de façon significative. Ces phénomènes provoquent une vision altérée et n’encouragent pas l’enfant à explorer l’univers qui l’entoure.

La myopie se caractérise par une vision trouble de loin ; les objets sont regardés de très près et l’intérêt pour les sollicitations visuelles à distance est peu marqué. L’hypermétropie forte provoque un flou visuel de près comme de loin : l’enfant est alors jugé comme un “cassecou” fonçant tête baissée dans un milieu inconnu ou, au contraire, n’osant pas faire un pas tout seul comme “ collé dans les jupes de sa mère ”. L’astigmatisme se caractérise par une déformation anormale de l’environnement affectant  principalement les courbes : par exemple, les astigmates confondent des chiffres (0, 8, 9, 6…) et des lettres (R, P, B, D, O, C…).

L’insuffisance accommodative est souvent méconnue bien qu’elle représente un des problèmes visuels les plus fréquents rencontrés dans le cadre d’une trisomie 21. L’accommodation est la capacité de percevoir nettement un objet de près. La presbytie est la perte naturelle de cette aptitude et survient généralement vers 40-45 ans; les bras sont alors  “trop courts pour lire le journal“ et il faut recourir aux lunettes, aux loupes”. Ce phénomène survient précocement chez un grand nombre d’enfants trisomiques 21 et entraîne donc une incapacité à voir correctement de près. Une fois diagnostiqué, il est nécessaire d’adapter des lunettes “pour la lecture” (pour la vision de près) et, dans  certains cas, de prescrire des lunettes à double foyer : elles permettent ainsi de voir de façon précise de près comme de loin.

La blépharite est une inflammation chronique située à la base des cils.  Très fréquente, elle entraîne une irritation et des démangeaisons. Le  phénomène est souvent décrit comme “un enfant se frottant toujours les yeux”. Le traitement est aisé (antibiotique appliqué localement); il est nécessaire mais ne supprime cependant pas le caractère chronique de cette pathologie. D’autres problèmes ophtalmologiques existent dans le cadre de la trisomie 21 comme la cataracte (de naissance ou du jeune enfant), le kératocône (déformation anormale de la cornée), le strabisme (alignements incorrects des axes visuels), l’amblyopie (“l’oeil paresseux ”)….


Le développement de la vision chez l’enfant trisomique 21

2005 – Luisa Gallay, Pédagogue en éducation précoce spécialisée Rééducatrice de la vision fonctionnelle.

Pour tous les enfants la vue est extrêmement importante, car nous obtenons 80% des informations de notre environnement par la vision. Notre cerveau décode et retravaille ces informations en constituant des images. Les expériences visuelles influencent le développement visuel et donnent des impulsions au développement moteur, langagier ou cognitif, ainsi qu’au développement affectif et au comportement social. Le développement visuel conditionne tout le développement de l’enfant. C’est pourquoi une attention particulière doit être réservée au fonctionnement des yeux (avec des contrôles ophtalmiques et des observations de la vision fonctionnelle).

Chez l’enfant trisomique 21, le développement visuel suit un parcours différent; déjà lors des premiers contacts mère-enfant, on constate un décalage: ce contact s’établit vers 7 ou 8 semaines et se prolonge vers 6-7 mois et continue à intervenir pendant les semaines et les mois qui suivent. Ce contact exclusif favorise et renforce le lien affectif avec la mère, mais il risque de limiter la découverte de son environnement. Il faut donc être vigilant et encourager l’enfant trisomique 21 à s’intéresser à d’autres stimulations visuelles (car on peut dire, que l’acuité visuelle se développe en relation aux stimuli reçus). Cela sera plus efficace en proposant du matériel bien contrasté, comme du noir/blanc.

L’habileté visuomotrice peut également présenter un retard de développement (hypotonie générale), raison pour laquelle il serait très profitable pour l’enfant de l’exercer. En particulier la coordination des mouvements oculaires verticaux et horizontaux, ainsi que la fixation et la poursuite d’un objet.

Voici quelques éléments qui indiquent aux parents le besoin de contrôles par des professionnels.

Chez le bébé, s’il:

  • ne réagit pas à la lumière
  • réagit fortement ( inconfort significatif à la lumière)
  • ne montre pas d’intérêt pour les visages
  • ne recherche pas le contact visuel (à partir de 6-7 mois)
  • ne sourit pas à partir de 6 semaines
  • ne montre pas d’intérêt pour des objets en mouvement
  • ne regarde ni ses mains ni les objets
  • n’attrape pas les objets qu’on lui tend
  • n’oriente pas son regard vers une source sonore
  • a des mouvements irréguliers ou des errances des yeux.
  • Chez l’enfant, s’il:
  • montre des limitations importantes dans sa motricité globale
  • est maladroit, se heurte fréquemment
  • ne cherche pas un objet qui disparaît de son champ visuel
  • ne se baisse pas pour ramasser un objet qui tombe
  • ne réagit pas aux mouvements brusques d’un tiers
  • tient des objets ou des images très près de ses yeux
  • ne réagit pas aux mimiques et au langage corporel
  • ne montre pas d’intérêt pour les images, les photos et les livres
  • ne réagit pas ou tardivement dans des jeux de miroir
  • a de la peine à enfiler des perles, faire des puzzles, construire des tours ou faire des jeux de construction (motricité fine)
  • ne reconnaît pas les visages des membres de son entourage
  • présente des positions inhabituelles de la tête et du corps

Si vous observez une ou plusieurs de ces indications, il serait impératif de consulter un spécialiste: le pédiatre ou l’ophtalmologue.

Le Centre pour handicapés de la vue de Lausanne (CPHV) se tient volontiers à votre disposition pour répondre à vos questions.

Bibliographie:

  • Rondal, Jean A. : Le développement du langage chez l’enfant trisomique 21, Manuel pratique d’aide et d’intervention, Pierre Mardaga éditeur, Série Psychologie et Sciences humaines, 1986.
  • Source: Conférence de M.Jean A Rondal,1986
  • Dr Susan LudingtonHoe, Eveillez l’intelligence de votre bébé, ed Jclattès, 1987
  • Marci Hanson : L’insegnamento al bambino Down, Guida pratica per l’intervento precoce, ed: Erickson, 2003

Documents

Liens


Début de la marge


Début du pied de page